Sept éléments, sept clés, une seule histoire : la vôtre ...
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Davon Frodon.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pèlerin sans Monde

avatar




Geek : 91
Pouvoir : Ondes életriques entrainant paralysie temporaire.
Transformation : Chat sacrée de Birmanie


Rainbow's Data
Identité:



MessageSujet: Davon Frodon.   Mer 21 Juil 2010 - 0:25


Dossier élémentaire de
Davon Frodon


Personnage inventé


    Moi rapidement.
    .



    © Rain.
      Surnoms ; Dav’, ”), sac à puce, hérétique, impotent, minet, Doll…
      Age ; 22 ans
      Métier ; Gardien
      Elément ; Foudre
      Monde ; Archipel de la Foudre
      Pouvoir ; Ondes électriques entrainant paralysie temporaire
      Animal ; Chat (Birman Red collor point)
      Animaux de compagnie ; ---
      Qualités ; Généreux - Patient –indépendant – volontaire - curieux – compréhensif – loyal – déterminé - facile à vivre( ?) - honnête - consciencieux
      Défauts ; tête en l’air - TROP curieux – Constitution fragile – trop confiant – honnête – lunatique –susceptible – irresponsable- paresseux – à horreur qu’on essaye de le manipuler - Confiant (trop) –…



    Personne n'est parfait.
    .


    Indépendant ? ••••4/5
    Sérieux ? ••••• 3/5
    Franc ? ••••• 3/5
    Généreux ? ••••• 5/5
    Ambitieux ? •••• 1/5
    Confiant ? ••••• 5/5
    Sûr de vous ? ••••• 2/5
    Egocentrique ? ••••• 0/5
    Amusant ? ••••• 3/5


    Mon avis à moi.
    .


    Et bien... Tout cela n'est pas un peu compliqué ?

    Davon nage dans le floue totale concernant la « traitrise » d'Aileen, son amie. Lors de la trahison, lors de cette sordide soirée où ses pairs furent tué, où il participa même au « massacre », il n'avait pas eu le temps demandé le pourquoi du comment. Il l'avait aidé, c'est tout. Et ensuite elle lui avait demandé de fuir et c'est ce qu'il avait fait. En lui promettant qu'ils se reverraient un jour.

    Bien entendu, si la gardienne lui demande de l'aide il n'hésitera pas à accepter et venir la rejoindre. Il lui posera nombre de question pour comprendre ce qui s'était passé, avant de la rejoindre définitivement. Il a toujours été son allié, depuis le commencement de tout cela. Alors, il accepterait de la suivre. Pas aveuglement, il garderait son indépendance mais serait prêt à la suivre.
    Ensuite, vis-à-vis de son monde il hait littéralement les bases de l'archipel. A cause de cette religion qui prime sur tout, pour lui ce « Dieux Donar » n'est que le symbole de la stupidité qui aveugle la ville entière.
    Davon ne croit en aucun dieu pouvant exister mais, il n'ira pas jusqu'à dénigrer le culte de chacun. Tous ont leurs propres convictions et il les respecte. Mais en ce qui concerne son monde, il est terriblement rancunier et peu amène envers ce culte et les prêtres. Tout simplement car ceux-ci ont tués, ravagés et détruits des vies pour posséder le pouvoir. Avec égoïsme et presque une certaine passion.

    L'archipel de la foudre possède un gouvernement bancal, violent et en aucun cas fait pour diriger un pays.
    Ce qu'il appréhende le plus c'est la réouverture des portes pourraient raviver rapidement les tensions qui n'ont pas encore totalement refroidi dans l'âtre et qui pourraient ré-allumer le feu destructeur qui guide son peuple et ses dirigeants.




    Petit questionnaire.
    .



    En pleine nuit, vous marchez dans la capitale de votre monde, quand d'un coup, vous entendez un bruit suspect, comme une lame qu'on sortirait d'un fourreau ...
    Davon essaierait de faire le moins de bruit possible. Son corps serait tendu près à réagir au moindre frottement de tissu, au moindre déplacement en essayant de reprendre une respiration calme et régulière. Si après ça, il sent toujours une présence derrière lui il essayera de semer l’homme dans les rues longilignes de sa ville et si il se retrouve acculer il n’hésitera pas à se défendre. Mais ne tuera pas. Enfin, ce n’est pas comme si c’était la première fois qu’on essayait de se débarrasser de lui, après tout un Hérétique ne peut pas représenter un monde où la religion est la vérité absolue.

    Vous vous rendez au marché de votre capitale, quand quelqu'un vous demande un renseignement parce qu'il s'est perdu ...
    Après tout, un simple conseil, ce n’est rien n’est-ce pas ? Mais en plus de le conseiller il serait même prêt à le conduire lui-même jusqu’au lieu cherché. Ce n’est pas un problème après tout, il n’avait surement rien d’autre à faire ! Le marché pourrait bien attendre. Ce genre de chose arrive fréquemment. Et Davon c’est toujours demandé pourquoi les inconnus venaient facilement vers lui (sinon, les gens qui le reconnaissent le fuit (la plupart du temps) comme la peste.)

    Vous êtes à un étal d'armes et vous vous rendez compte qu'un gamin est en train de chaparder votre bourse pleine de pièces d'or ...
    Si il le remarque… Davon s’empressera de retenir le chenapan et de lui expliquer que le vol c’est mal, qu’il ne faut pas, etc. Après l’avoir grondé pendant un quart d’heure Davon se contentera de pousser un soupir résigner et le jeune homme lui donnera surement quelques pièces… Pas grand-chose mais c’est toujours ça, après tout, ce petit garçon avait vraiment l’air de ne pas manger à sa faim…

    Alors que vous rentrez chez vous, vous entendez un hurlement, et quand vous arrivez, vous voyez un corps au sol et un homme qui part en courant, tournant au coin d'une rue ...
    Davon se précipiterait vers le corps et très inquiet essayerait de la sauver ou de faire tous qui est en son pouvoir pour la sauver en se précipitant vers un endroit plus approprié pour soigner les blessures graves. Si elle est morte, il la conduirait vers une église pour que le corps puisse y être préparé « selon les rites » (même si il trouve ça ridicule, il la déposerait devant l’église et s’en irait.).



    3615 my life.
    .


    Ombre – Opus36

    « Prolonger des adieux ne vaut jamais grand-chose ; ce n’est pas la présence que l’on prolonge mais le départ. »
    Les premières années du jeune homme sont toujours très floues, entourées de brouillard, ou seulement représentées par quelques fragments épars, perdus tout au fond de sa mémoire.

    C’était étrange, bien que les souvenirs se soient effacés au fil du temps, ses sentiments eux, étaient restés tels qu’ils étaient, mélangés à la mélancolie et au deuil. Mais ils restaient entiers.

    Ces années se finirent beaucoup trop tôt.
    Personne n’eut vraiment le temps de jouir de ce bonheur…
    Ils habitaient tous dans un petit village assez important, perdu sur l’une des îles de l’archipel. Et un jour, l’on ne sait plus vraiment comment, mais une personne réussit à savoir; « Frodon » venait d’une petite branche de l’ancienne Noblesse.
    Cette Noblesse qui ne croyait pas et n’avait surement jamais cru en leur dieu.

    Les rumeurs commencèrent à courir au village, personne ne s’étonnait plus à présent que seule la femme Fredon, vienne à la « messe ».

    Des femmes du village essayèrent de la convaincre de quitter cet abominable époux qui devait forcer leurs enfants à rester chez eux. Mari ignoble, borné et impur, fermé au véritable dieu, à la vérité. Cela ne pouvait qu’apporter le malheur sur sa famille et ses enfants.

    - « C’est pour ton bien Elena ! Si tu pries avec assez de ferveur Donar et que tu quittes ton « époux » (elle avait dit cela avec un dégout manifeste ce qui attisa un peu plus la rage de la jeune femme) je suis sure que tu pourras être pardonné d’avoir été souillé par cet homme ! Peut-être qu’avec la vie de tes enfants notre vénéré… »

    Les poings d’Elena vinrent s’abattre sur la table, son bond d’indignation avait renversé la chaise.

    La femme s’était arrêté net. La bouche encore ouverte, prête à continuer à déblatérer ces horreurs… Des larmes scintillantes vinrent glisser sur la joue de la jeune femme.

    - « Qu’allais-tu proposer ?! TUER MES ENFANTS PEUT ETRE, LES LUI SACRIFIER ?! Vous êtes immondes ! Comment peut-on dire cela à une mère ?! J’aime mon époux, j’aime mes bébés, ce sont les choses les plus précieuse sur terre, qu’importe « votre bien vénéré Donar » Jamais je ne me séparerais de l’homme que j’aime, jamais je ne tuerais mes enfants encore moins pour un pseudo dieu dont l’existence est douteuse ! Comme tous ces autres dieux ! Qui dit qu’ils existent vraiment ! Où est la preuve ?! »

    Les joues rouges de colères, elle observait son auditoire, tremblante, essoufflée par sa longue tirade qui s’était terminé en un gémissement pitoyable.
    Une jeune femme se releva, épousseta calmement sa robe et ferma les yeux, dépitée.

    - « Alors tu en es bien une, toi aussi… »
    - « Quel honte de remettre les pieds dans la maison de dieu ! Alors que tu as de si viles pensées. »
    - « Mais que faisons-nous ici ? Allons-nous-en. »

    Elena observa le reste des femmes qui s’en allaient. Elle n’arrivait pas à croire qu’aucune d’elles ne doutaient. Malgré tout, une jeune fille tout droit sorti de l’adolescence s’avança vers elle, les yeux rivés au sol. Ses petits doigts fins serraient la toile de sa jupe d’appréhension.

    - « Je suis désolée… Pour tout ce qui vous arrive et je… »
    - « Je n’ai pas besoin de ta pitié. Pars, à moins que tu ne veuilles pas dépasser tes vingt ans ?! »

    Elle l’avait coupé avec hargne. La jeune fille blanchit alors qu’elle baissait encore plus la tête sous le regard brulant d’Elena. Elle s’inclina profondément devant la jeune mère avant de se retirer.

    Jusqu’à ce qu’elle soit totalement seule elle ne bougea pas. Jusqu’à ce que la porte se soit fermée. En un instant les larmes redoublèrent de violence, dégoulinant sur ses joues. Elle cacha ses yeux rougies de pleurs entre ses mains.

    Elle tituba jusqu’au mur, totalement effondrée parce ce qu’elle venait d’entendre et de faire. Et elle se dégoutait. Parce que l’espace d’un instant elle s’était imaginé en train de quitter son mari, Son mari qu’elle aimait tant, Pour ce dieu sans saveur.

    Elle voulait vivre auprès de lui, il avait surpassé cet être lorsque leurs yeux s’étaient croisés. Et rien ne monde ne pouvait égaler l’amour qu’elle lui portait. Cet amour était insatiable, ce qu'elle aimerait passer l'éternité dans le creux de ses bras.

    Son mari était sa réalité, le reste n’avait pas d’importance.

    - - -

    Quelques heures plus tard, droite, ses larmes étant séchées, elle s’avançait droitement à travers le village : elle n’avait pas honte. Elle était fière de ce qu’elle était.

    Ne se préoccupant des regards courroucés ou étonnés qu’on posait sur elle, Elena continua son chemin. Lorsqu’elle fut totalement hors de vue, les conversations débutèrent, animant tout le village. « Les hérétiques habitent un peu en retrait par rapport au village… Alors pourquoi ne pas en profiter pour bruler leurs maisons pendant qu’ils dorment ? » Un autre répliqua « Non, ils doivent être tué devant dieu et… » Les conversations continuèrent ainsi jusqu’à ce que la porte s’ouvre sur un homme d’une quarantaine d’année, ses cheveux grisonnants ébouriffés par le vent qui s’était mis à souffler sur le village.

    - « Bonsoir. Quelqu’un m’a appelé au sujet d’hérétiques qui seraient venus parasiter votre petit village ? »
    - « Prêtre Ancecton ! Vous êtes enfin arrivé !!! Mes amis, je pense qu’un des porte-parole de Donar sera plus amène à trouver la sentence pour nous débarrasser de ces… »

    Devant l’hésitation du vieil homme, les autres villageois complétèrent sa phrase avec grand enthousiasme. Trouvant des surnoms pour ces « erreurs ».

    Le prêtre frappa le sol avec son long bâton, ce qui ramena instantanément le silence dans la salle. L’homme laissa un léger sourire apparaitre sur ses lèvres alors qu’il se mettait à avancer, contournant les tables avec lenteur.

    - « Mes amis, ce village a été souillé. Pour vous faire pardonner d’avoir fait entrer le mal chez vous, il faudra faire nombre de sacrifice. Mais à la fin, vous serez récompenser et Donar ramènera sur votre village la paix et la prospérité. Pour ce qu’il est des hérétiques… »
    - « Je l’ai entendu moi-même dénigrer notre bien aimé Donar ! C’est une honte !! qu’ils soient punis sévèrement !! »

    La femme qui avait parlé à Elena pendant l’après-midi s’était relevée, haute et fière de son aveu. Les villageois reprirent avec force, racontant nombre péchés commis par ces êtres…

    - « S’il vous plait » tous se turent alors que le prêtre reprenait « Je vais m’occuper d’eux, n’ayez crainte. Je ferais mon travail proprement. Demain matin vous n’aurez plus à vous en faire, je serais parti et les hérétiques seront morts. N’oubliez pas de prier, chers petits… Monsieur, pourriez-vous m’indiquer où se trouve leurs repères ? »
    - « Oh, bien sur… Suivez-moi. »

    Un homme au teint matte, brûlé par le soleil se leva avant de sortir suivi du prêtre.

    Respectueux, les villageois rassemblé dans la petite auberge restèrent silencieux jusqu’à ce que la porte ne se referme. Un soupir de soulagement se répandit dans la pièce suivit par des embrassades et des cris de joie.
    Ils allaient enfin être débarrassés de ces arriérés.

    . . .

    - « Jeune homme, je pense que ça suffit, je vais m’en occuper seul… Retourne voir les autres.
    - « Oui… Merci beaucoup pour ce que vous faites. »

    Il s’inclina respectueusement avant de rebrousser chemin. Ancecton observa la maison juché sur les rochers et monta les escaliers qui les séparaient du manoir. Il vint toquer à la porte. Avec une lenteur infinie on lui ouvrit, un homme aux cheveux noirs l’observait d’un œil furibond, détaillant sa tenue. Sa mâchoire se contracta alors que ses yeux se plantaient dans ceux du prêtre.

    - « Alors, un prêtre a bien été appelé. »
    - « Bonsoir, Eric. »
    - « Et qu’est-ce que vous allez faire, au juste ?! »
    - « Calmez-vous, je veux juste parler… »
    - « Parler ?! Je refuse de- »
    - « Papa, pourquoi tu cries si fort ? Cely n’arrive pas à dormir »

    Eric Frodon se figea totalement alors qu’il observait la petite main de son fils venir s’agripper à son pantalon. Ses yeux fixaient avec curiosité l’homme qui semblait étrangement enthousiasme. Celui-ci rapporta directement son attention vers le père de famille.

    - « Vous avez des enfants ?! »
    - « Rentre à la maison, Davon… Va voir maman, d’accord ? »

    Le petit garçon détacha son regard de la grande personne avant de retourner à l’intérieur de la maison.

    - « Mes enfants.. »
    - « Puisque vous êtes décidé à parler ici, je vais vous dire une chose. Si vous me tuez, vous et votre femme, sachez que d’autres reviendront où même les villageois mettraient fin à votre vie. Et le plus cruellement possible. En fait, vous n’êtes plus censé exister, ici. Les nobles qui restaient ont préféré quitter l’archipel car ils savaient qu’en restant, il finirait tôt ou tard par mourir. Dites-moi, quel âge ont vos enfants ? »
    - « …Davon à six ans et… Celym en a 4. »
    - « Bien. »
    - « Ou voulez-vous en venir ?! »
    - « Mon chéri ? »

    Une jeune femme s’approcha derrière son mari, ses longs cheveux blonds semblaient étinceler tendrement sous l’éclat de l’astre lunaire. Son visage s’assombrit lorsqu’elle vit le prêtre.

    - « Bonsoir madame. Vous tombez à pic pour écouter ma proposition… vous êtes prêts ? » Le prêtre sourit devant le silence des deux époux et reprit : « Si les paysans vous tuent ils n’hésiteront pas à tuer vos enfants. Sans le moindre scrupule. Idem si mes compères viennent pour pouvoir vous éradiquer convenablement. Je ne peux pas vous sauver mais vos enfants, je le pourrais… il suffirait de… »
    - « Quoi ? Abandonnez mes cheris entre vos griffes ?! Qui nous dit que vous n’allez pas les… »
    - « Je vous jure sur la foi que je voue en Donar que je m’en occuperais comme mes propres fils. »
    - « Mais ce sont MES enfants !! »
    - « Elena… Serais-tu prête à emporter nos enfants dans la mort ? » la main d’Eric vint chercher celle de sa femme et leurs doigts se nouèrent alors que leurs yeux se trouvaient dans la quasi obscurité de cette nuit. « Je sais que tu ne veux que leurs biens, mais ils seront vivant. Et peut-être auront-ils droit à un autre destin que le nôtre. »
    - « Eric… »

    La gorge nouée par les sanglots elle vint se blottir contre la poitrine de son mari, tremblante. Le prêtre, lui attendait. Vautour guettant les derniers soupirs d’une bête à l’agonie.

    Et quel ne fut sa joie lorsqu’il n’aperçut les yeux du père s’éteindre et un vague hochement de tête. Il caressa les longs cheveux de sa femme, respirant la douce odeur qui s’en dégageait. Pour se donner un peu de courage…

    - « Va leur dire au revoir… »
    - « … je n’y arriverais pas… je n’y arriverais pas… »
    - « Elena… tu le regretterais. Vas-y. »
    - « Sachez que si vous tentez de vous enfuir je tuerais votre mari. De toute manière, ce sera impossible pour vous, j'ai déjà placé une barrière autour de votre maison. »

    Elle leva vers lui des yeux embués de larmes alors qu’elle se dirigeait vers l’intérieur de la maison. Le prêtre attendait patiemment.

    - « Comment allez-vous… ? »
    - « Je vais bruler cette maison et vous à l’intérieur. Vous n’aurez aucun moyen de sortir. Je m’en assurerais. »

    A l’intérieur du manoire, Davon et Celym, parfaitement réveillés venait se blottir contre les jambes de leur mère. Elle s’agenouilla devant eux et les prit dans ses bras.

    - « Mes bébés… je vous aime tant… si vous saviez. Je ferais tout pour vous. Tout. »
    - « On t’aime aussi, maman. »
    - « Je sais… » elle embrassa leurs fronts, ses larmes dégoulinants sur ses joues « Je sais… »

    Elle resta quelques instant silencieuse puis elle se releva et sécha ses joues, ses mains encore humide vinrent enserrer les petites mains de ses fils.

    - « Vous allez faire un voyage, d’accord les garçons… Loin. Vous ne reviendrez surement pas ici. D’accord ? ce n’est pas la peine d’emmener quoi que ce soit… Venez. »

    Elle les conduisit fébrile jusqu’à la porte d’entrée et avec un regret immense elle desserra son emprise sur les mains de ses garçons. Elle eut droit qu’à deux regards étonnés et incompréhensifs de la part de leur fils.

    - « Maman ? Tu ne pars pas avec nous ? »
    - « le monsieur s’occupera très bien de vous… Soyez sage. »
    - « Maman… Viens avec nous. »
    Elle se retourna vers son mari, complètement déchirée par ses mots et se mit à gémir tout en pleurant à chaudes larmes. Davon et Cylim s’observèrent et rapidement la main calleuse du prêtre vint se saisir des leurs. L'aîné se mit à se débattre en hurlant alors que son jeune frère sanglotait.

    - « Davon. Celym. »

    Les petits garçons s’immobilisèrent immédiatement en entendant la voix grave de leur père. Celui-ci s’agenouilla près d'eux, caressa avec beaucoup de tendresse la joue du cadet alors que son autre main venait ébouriffer celle de Davon.

    - « Ne rendez pas cela plus douloureux. »
    - « Merci, cela me facilite grandement la tâche. »
    - « Je ne le fais pas pour vous. »

    La réponse avait été sèche et brève. Le prêtre se détourna alors que les deux enfants couraient une dernière fois enlacer leur père et leur mère.

    - « Salut. Je ne vous dis pas adieu, puisque votre place n’est pas auprès de Donar. »

    Eric attrapa les épaules de sa femme avant de la faire rentrer dans la maison. Ils purent entendre tout deux le léger crépitement d’une flamme qui se propageait lentement, lentement…

    - « Je t’aime. »
    - « Je t’aime aussi, mon amour. »

    - - -

    Stella Del Mattino

    Ancecton, fidèle à ses promesses, retourna à RaïKaïD'jan et prit soin des deux enfants comme ses propres fils. C'est-à-dire qu’il leur donna une éducation de futur prêtre. Ignorant prodigieusement leur passé, le faisant oublié à tous, ces deux garçons grandirent et le lointain souvenir de leurs parents et de la nuit où ils furent assassinés devint une ombre floue caché ou plus profond de leur mémoire.
    Mais des années plus tard, Davon avait 14 ans, une chose vint ébranler la nouvelle « foi » qu’on avait fait ingurgité au fils d’Eric et d’Elena.

    - - -


    A l’intérieur de l’immense temple de Donar, devant une immense statue en or, Davon observait avec un léger sourire satisfait les fidèles qui venaient prier leur dieu tout puissant. Il était heureux que la foule connaisse toujours un tel engouement pour le culte et…

    - « Davon ? Viens avec moi, je vais te montrer quelque chose, mais silence. Cela te servirait pour ton apprentissage. »

    C’était un des nombreux prêtre qui travaillait ici. Il se retourna et s’éloigna de l’allée principale pour se rendre vers une pièce à part. Une jeune femme enceinte observait avec ferveur le prêtre qui vint s’installer devant elle. La jeune femme rayonnait de vie et de bonheur.

    - « Bonjour ! je voulais que notre bien aimé Donar nous bénisse moi et mon bébé. Dans notre famille, la plupart des femmes ne donnent jamais naissance. Je voulais faire cela pour être sure que Donar m’accepte dans sa sainteté. Bien sûr j’ai apporté beaucoup d’offrande. »

    Sur ces mots elle déposa un panier remplit de victuaille qui firent scintiller les yeux du prêtre. Il ne quitta même pas l’assiette lorsqu’il lui adressa la parole, se contenta de dévorer du regard les délicieux mets qui étaient juste sous son nez.


    - « Je… ceci est suffisant, si vous continuez sur cette voie votre bébé naitra en parfaite santé. Vous n’avez pas commis d’impardonnable dernièrement ? »
    - « Non… Bien sûr que non ! Merci beaucoup ! je vais encore prier Donar avant de rentrer et je reviendrais avec d'autre offrande. Au revoir, merci ! »

    Il ne lui répondit même pas, lui adressant un vague geste de la main. Ses yeux brillants se relevèrent vers Davon alors qu’un sourire gourmand étirait ses lèvres. Il lui tendit le panier que Davon attrapa interrogateur.

    - « Va dire à Ran de préparer ça. »
    - « mais… n’est-ce pas une offrande.. ? »
    - « Ne discute pas mon garçon et fais ce que je te dis. Tu ne te plains pas d’habitude, non ? »

    Alors les plats dont ils se nourrissaient ne venait pas de leur propre économie ? C'était les offrandes que les fidèles offraient à Dieu ??
    Une culpabilité immense lui pesait sur le cœur mais il ne dit rien et fit ce qu'on lui disait. Cela faisait huit ans qu’il se taisait déjà. Huit années.

    Le soir ainsi que les autres soirs, le jeune homme en trouva plus le courage de se repaitre des succulents mets qui venaient à leur table. Le fait de savoir que ce n’était d’autre que des offrandes lui enlevaient toute la faim qu’il aurait pu ressentir en observant les plats.

    Ce qu’il ne savait pas c’était que tout provenait de là. L’or des offrandes servaient à acheter ses vêtements... Tout était corrompu, salit. Rien n’était réellement à lui. Qu’il mange dans l’enceinte de l’église ou à l’extérieur.

    - - -

    Deux mois plus tard, Davon s’était retrouvé de garde, la nuit. Son jeune frère le préoccupait vraiment. Il avait l'impression qu'il s'éloignait de lui. Tout les deux... ils n'arrivaient plus à se comprendre. et c’est pourquoi il avait préféré rester ici : quitte à rester éveiller, autant que ce soit utile. Il poussa un léger soupir alors qu’il observait les bancs vide. La pluie fine percutait avec violence les vitres de l’église. Les portes étaient toujours grande ouverte et Davon pouvait apercevoir les gouttes qui ricochaient contre le marbre, ainsi que la ville, brouillé par la pluie qui continuait à tomber sur les habitations.

    Davon s’avança dans l’allée et vint s’accouder à l’une des colonnes. Il sentait l’air frais courir sur sa peau avec délicatesse et il ne put s’empêcher de frissonner.

    Un léger bruissement le fit sursauter alors qu’un murmure se faisait repeter en continue. Une femme, montait avec peine les marches. Son visage était tordu par la souffrance et la tristesse. Elle serrait contre sa poitrine un petit paquet enroulé de soie noir.

    Après quelques secondes de surprise, Davon vint aider la jeune femme à se mettre à l’abri de la pluie. Elle faisait que murmurer des choses incompréhensibles. Elle releva des yeux suppliants vers lui, pauvre garçon de 15 ans qui n’y comprenait plus rien.

    - « Vous étiez là, non… lorsque je suis venu demander conseil au prêtre… il a dit que c’était bon, que je n’aurais pas de problème si je revenais régulièrement et… »
    - « Ex… »
    - « MON BEBE EST MORT !! » elle se mit à pleurer de plus belle « Pourquoi, Donar, pourquoi ?! j’ai fait tous ce que j’ai pu… fallait-il donné plus ?! J’ai toujours été irréprochable, je n’ai jamais commis de faute. ALORS POURQUOI ?! »

    Totalement abasourdi le blond observait avec horreur le visage flétrit et gris du bambin. Tout en parlant, la mère avait découvert le paquet et il avait pu voir le visage immobile. Laid.

    - « J’aurais TOUT FAIT !! TOUT !! C’ETAIT MON BEBE !! MA LEYLA ! ELLE ETAIT A MOI, PERSONNE N’A LE DROIT DE MA LA PRENDRE !! QU ON ME LA RENDE !...

    Ebété, Il ne s’aperçut pas que la femme l’avait contourné et s'adressait à présent à la statue de Donar, hurlant son chagrin et son incompréhension. Il ne réagit même pas lorsque les prêtes vinrent emmener la jeune femme.

    - - -

    - « Père… je m’inquiète beaucoup pour mon frère… il ne parle plus, ne me répond plus… je ne sais pas ce qui se passe mais… »
    - « Monsieur Ancecton ! Vous n’avez pas le temps ! Il fau- »

    Le deuxième prêtre se fit couper par le pseudo père des deux garçons :

    - « Non. Où se trouve Davon ? »
    - « Il… il rode dans la salle des offrandes. »
    - « Très bien, merci de ne pas venir nous déranger. »

    Ancecton s’en alla ainsi, laissant le frère de Davon observer avec douleur le dos de son père adoptif. Celym s’inquiétait vraiment pour cet imbécile. Il n’arrivait plus à le comprendre depuis quelques temps déjà, son frère avait… changé.


    Lorsqu’Ancecton entra dans la pièce, Davon était planté devant la statue représentant leur dieu. Complètement silencieux.

    - « Davon ? tu n’es pas bien ? »

    Le jeune homme ne répondit même pas continuant à fixer la statuette d’un œil morne. Il se retourna vers son père adoptif qui s’avançait vers lui.

    - « Allons, allons… »

    Il avança sa main pour saisir l’épaule de Davon mais avant qu’elle n’ait pu érafler ne serait-ce que l’un de ses vêtements il se reculait avec fureur, comme si le seul contact du prêtre l’aurait salie.

    - « Ne me touchez pas !! »
    - « Depuis quand me vouvoie tu jeune homme ? » le ton était devenu plus dure. Plus froid.
    - « je refuse de vous considérer comme mon père ! Vous êtes tous… Cette femme à raison !! Elle n’avait rien fait de mal et vous l’avez rejeté comme une malpropre ! Que fallait-il qu’elle fasse de plus ?! Ce dieu » il pointa du doigt la statue « est-il un être sans cœur qui laisserait mourir un enfant ?! Punit-il les gens honnêtes alors que les voleurs et les tueurs arpentent nos rues et s'en sortent sans mal, ne sont jamais punis ?! Où sont les récompenses promise ? OU PEUT ÊTRE N’EXISTE-T-IL TOUT SIMPLEMENT PA- »

    Davon se recula sous l’impact de la gifle. Sa main vint toucher sa joue rougie par le coup et le prêtre l’observait avec une fureur contenue.

    - « Espèce de sale dégénéré. »

    Les larmes montèrent aux yeux de Davon alors qu’il empoignait des offrandes et se mettaient à les jeter sur l’homme qui s’était dit son père pendant des années.

    - « Je ne suis pas fou ! C’est toute cette ville qui l’est ! Cette saloperie de culte ne sert qu'à vous engraisser, vous et vos égaux ! Je HAIS CA ! JE HAIS CETTE VIE !! TOUS CA… CETTE SERVITUDE… JE LA HAIS ! »

    Davon s’empoigna les cheveux alors qu’une douleur et une rage infinie se rependait entre ses entrailles lui montait à la tête. Il se retourna, vers l’autel dans un accès de rage (ou peut être de folie ?) pure et se mit à detruire tous qu'il trouvait tous ce qu’il se trouvait. Derrière lui Ancecton avait disparu et alertait les autres prêtres. Il était seul.

    Davon ne sut pas vraiment pourquoi il s’acharnait avec tant d’ardeur, mais en cassant la vitre qui laissait entrevoir des affaires sacrées qu’il déchira, brisa sans ménagement ses yeux s’arrêtèrent sur un petit objet.

    Sa main s’avança lentement, et lorsque ses doigts effleurèrent la clef, la clef des gardiens, son cœur fit un bond dans sa poitrine. Sa rage, sa colère reflua.
    Il se sentait complet. Entier pour la première fois de sa vie.

    Et il ne pouvait s’empêcher d’en trembler.

    - - -

    I Due Fiumi ; The Promise

    Davon réussit à rejoindre la porte avant que les prêtres n’arrivent à le retrouver. Il s’était caché, restant sous sa forme animal pendant quelques semaines, se nourrissant grâce des cuisiniers qui lui donnait quelques poissons et allant sur le port réclamer quelques têtes avec la foule de chat des rues…

    Mais dès qu’il ouvrit la porte, il sut enfin pourquoi il était là. Pourquoi il vivait en ce monde. Il avait un but. A peine 15 ans, même pas majeur, hérétique dans un monde ou la religion primait sur tout. Voilà, il avait trouvé un but à sa vie.

    Il avait accepté de devenir gardien après s'être entretenu quelques instants avec le Chef des gardiens. Et Davon l’avait suivi pour se voir enseigner les bases de son nouveau rôle.

    Ce fut ainsi qu’il découvrît les autres mondes et qu’il fit la connaissance des autres gardiens. Il s’entendait plus ou moins bien avec chacun d’entre eux, mais une seule avait vraiment attiré son regard dès la première fois.

    Aileen Soma, gardienne des ténèbres.

    C’était étrange. Ce n’était pas un sentiment amoureux (c’est quoi ?) juste… une curiosité maladive. Mais il ne trouva aucun moyen de l’assouvir, trop occupé par ses études. Pourtant lors de l’une des premières fêtes des moissons il avait eu l’occasion de se rapprocher un peu d’elle.

    Et il s’était fait envoyer bouler. Il était directement partit bouder dans son coin. Le gardien de la terre ne lui avait rappelé que trop bien son incapacité. Il n’avait jamais touché une arme… Il contrôlait bien son pouvoir mais au moindre contact avec l’ennemi il était sûr et certain qu’il finirait embrocher…

    Alors, il avait commencé à essayer de s’entrainer seul. La phrase de l’autre gardien tournait en boucle dans sa tête « C’est un peu comme ne pas savoir combattre, hein Davon ? ».
    Ce fut à ce moment ci qu’Aileen vint le retrouver et elle lui proposa un étrange marché qu’il accepta avec joie. Une sorte d’échange équivalent.

    S'il lui apprenait à lire, elle lui divulguerait les bases du maniement d’une épée.

    On ne peut pas dire que cela fut fameux pour lui, alors qu’au contraire au cours de ses leçons de lecture Aileen faisait des progrès formidable, il avait du mal à manier la lame. Il ne la voyait que pour tuer et instinctivement il la rejetait. Il détestait cette emprise qu’il pouvait avoir sur les autres.

    Au fil des leçons il apprit à savourer les (très courts) combats entre lui et Aileen. Savourant l’adrénaline qui courait dans ses veines, l’instinct qui prenait le dessus, l’éveil des sens, se concentrer sur l’ennemi. Il arrivait à tout oublié, même son frère qu’il n’avait pas revu depuis ce jour où il était devenu gardien.

    En fréquentant la louve, il avait fini par la comprendre un peu mieux et il s’était attaché à elle et si l’on lui posait la question, il répondrait que c’est surement son amie la plus chère à ses yeux.

    Et lorsque le jour de la « trahison » arriva…

    Un félin aux yeux d’or observait en clignant légèrement les yeux le peuple rassemblée pour la fête des moissons. Assis en hauteur ses yeux parcouraient la foule sans vraiment s’attarder sur une personne en particulier.

    Le chat poussa un long bâillement. Aileen devait croire qu'il était partit depuis longtemps... Comment aurait-elle pu le croire assez crédule pour lui montrer une lettre comme celle-ci ? D’accord il lui avait déjà parlé de son cher frère mais il ne lui avait jamais dit qu’il n’avait plus aucune possibilité de le revoir. Les prêtres et Ancecton ne le laissait même pas approcher de l’église à moins d’une dizaine de mètres.

    C’était qu’il avait fait assez de dégât la dernière fois… il se demandait même comment il avait pu s’en sortir vivant.

    Davon poussa un soupire avant de s’attarder sur une personne connue. Il bondit souplement à terre et suivit Aileen de loin. Ses coussinets foulant la terre, alors qu’ils s’éloignaient de plus en plus de l’endroit où se déroulait la fête.

    Davon s’arrêta assez loin de la jeune gardienne des ténèbres et l’observa. (Il savait que s’il s’approchait de trop près il se ferait immédiatement repéré.) Attendant quelque chose.

    Finalement il finit par se rapprocher un peu plus, il voulait lui demander la raison de tout ceci pourquoi il l’avait fait partir.
    Le léger bruissement des vêtements d’humain le fit sursauter et il s’immobilisa alors que le gardien de la terre passait près de lui et se dirigeait directement vers Aileen. Davon s’avança un peu plus, profitant de l’inattention des gardiens qui s’approchait voir la dispute qui s’engageait encore entre la terre et les ténèbres.

    Et puis ce fut la débandade. En un instant, Aileen avait attaqué. Sa lame fendant l’air et les corps dans un combat incroyable. Le sang ne tarda pas à tacher le sol sec, suivit par le corps de quelques gardiens.

    Davon restait immobile totalement abasourdi par cette scène. Sans qu’il ne sent rendit compte, il retrouva sa forme humaine.
    Il n’arrivait même plus à penser correctement, trop choqué par l’odeur du sang qui emplissait ses narines les gardiens morts qui jonchaient le sol et Aileen, au milieu de ce carnage.

    Ce fut lorsqu’il aperçut le gardien de l’air s’approcher de son amie que son corps réagit enfin. Sa bouche s’ouvrit alors que le cri se répercutait contre les montagnes. Lorsqu’il aperçût les yeux froids des gardiens se poser sur lui, il sortit de sa cachette.

    La surprise de l’un des attaquants d’Aileen fut fatale. Instinctivement sa main vint se poser sur la poitrine de l’homme alors qu’une puissante décharge électrique parcourait sa main.

    Il n’avait rien dosé, c’était partit comme ça. Il ne voulait pas le tuer.

    Et ce fut à cet instant que tout se termina.

    « Davon ?! Mais qu’est-ce que tu fous là, par Héla ?! »

    Il se remit tant bien du choque et releva des yeux troublés vers Aileen. Il ne savait plus quoi faire et il savait qu’il devait être pale.

    « C’est moi qui t’ai appris à écrire, Aileen. Je suis en mesure de reconnaitre ton écriture, tout de même ! Comment pourrais-je l’oublier ? En plus j’ai perdu tout contact avec mon frère, donc ce n’est pas possible ! »

    Un instant ses yeux s’étaient voilés de tristesse, puis il reprit.

    « Je me doutais que tu préparais quelque chose, alors je suis resté pour t’aider ! »

    « Et maintenant, tu vas t’opposer à moi ? »

    « Après avoir tué un gardien pour te protéger ? Franchement … Je n’ai rien compris … Ni le comment du pourquoi, mais tu es mon amie et tu dois avoir tes raisons. »

    Cela l’étonnait un peu qu’elle est pu croire qu’il allait sérieusement vouloir lui faire la peau après avoir tué ce gardien. Il ferma un instant ses yeux et se massa les tempes…

    Mais qu’est-ce que j’ai fait ?

    Il observa avec une grimace la lame d’Aileen s’enfoncer dans le corps du gardien qu’il avait lui-même tué…

    « Comme ça, personne ne remontera jusqu’à toi. Va-t’en, avant qu’on nous voit ensemble. »

    « Ceci n’est sûrement pas un adieu. Nous nous reverrons ! »

    Il hésita un instant… il aurait voulu lui dire bien plus que cela, lui poser des questions… Mais, il n’avait pas le temps. Et c’est pour cela qu’il s’enfuit sans un regard en arrière.
    Mais la seule véritable chose qu’il retira de cet affrontement c’est qu’il reverrait à coup sûr Aileen. Peu importe le nombre d’année qui aurait pu s’écouler.

    Davon regagna ainsi son monde. Les portes se refermèrent et il passa cinq longues années à attendre. Il essayait vainement d’apercevoir son frère certaines fois entre quelque cortège mais il n’y avait rien à faire…

    A présent, perdu dans cette cité de fou, n’attendant qu’une chose c’est de quitter ce monde soumis, Davon se rend souvent à la porte et l’observe longuement.

    Il voulait repartir à la découverte des autres mondes. Ça lui manquait tellement.
    Dès qu’il en aurait la possibilité, le premier monde où il se rendrait, serrait irrévocablement le monde des ténèbres.




    Steak derrière l'écran.
    .



    © Rain.
      Pseudo ; Rain - Amnar
      Prénom ; Gaëlle (c’est plus un secret >o<’ à bas face de book ouaiii…)
      Age ; 15 ans
      Découverte du forum ; l’année dernière, par hasard !
      Premières impressions ; Très bonne. le concept m’a tout de suite plu et à capter mon attention
      Code ; Ohyeah .
      Autres ; Lipton ice tea. Drink Positive !!
      Dites… je pourrais pas avoir des points d’xp pour mon histoire ?!! *meurt* il n’empêche je prie pour que ça rentre en un seul passage !! Y-Y’ Il n’empêche que j’ai morflé… (P.S. : l’histoire viens un peu après, j’attends le feu vert de ma sœur. (Pour la présentation en général, j’espère qu’il n’y a pas trop de fautes…)
[right]


Dernière édition par Davon Frodon le Jeu 29 Juil 2010 - 19:52, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pèlerin sans Monde

avatar




Geek : 278
Pouvoir : Modification de l'atmosphère ambiante & création de vide .
Transformation : Albatros .


Rainbow's Data
Identité:



MessageSujet: Re: Davon Frodon.   Mer 21 Juil 2010 - 0:42

    Reuh, contente de te revoir ici =D
    ( alors c'est toi l'hérétique qui refuse de voir sa gueule sur le queel ? è__é )

    Y a un petit bug dans l'histoire il me semble : soit je suis gâteuse, soit il manque un bout de phrase .
    Citation :
    Ce qu’il ne savait pas c’était que tout provenait de là. L’or des offrandes servaient à acheter ses vêtements... Tout était corrompu, salit. Rien n’était réellement à lui. Qu’il mange dans l’enceinte de l’église ou à l’extérieur. Ce fut à ce moment là que le lien qu'avait creer Ancecton

    Sinon code bon, et tu peux garder ton ancien niveau, bien sûr .
    Manquera plus que les machins /5 à remplir, et ce sera bon je pense (:


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chibifroggy.deviantart.com
Pèlerin sans Monde

avatar




Geek : 91
Pouvoir : Ondes életriques entrainant paralysie temporaire.
Transformation : Chat sacrée de Birmanie


Rainbow's Data
Identité:



MessageSujet: Re: Davon Frodon.   Mer 21 Juil 2010 - 0:59

Effectivement il manque bien un petite quelque chose *fuit très loin*

Sinon oui, c'est bien moi la coupable *w*"

je modifierais tous cela demain, sur mon autre PC car celui ci bug inlassablement... dès que je change les points il m'enleve toute la prés HLM bref, un vrai regale ^^"

bref, je m'en sortirais x"d
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pèlerin sans Monde

avatar




Geek : 278
Pouvoir : Modification de l'atmosphère ambiante & création de vide .
Transformation : Albatros .


Rainbow's Data
Identité:



MessageSujet: Re: Davon Frodon.   Mer 21 Juil 2010 - 1:02

    J'me disais aussi ... What a Face

    Pas de problème, prends ton temps si y a besoin .
    N'oublie pas de prévenir dès que tu as terminé aussi .

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chibifroggy.deviantart.com
Pèlerin sans Monde

avatar




Geek : 7


Rainbow's Data
Identité:



MessageSujet: Re: Davon Frodon.   Mer 21 Juil 2010 - 1:26

Minou!!!!!!!!!!!!!!!!!

re bienvenu parmis nous le chat!! Very Happy

(PS: c'est l'ancien Kazumi, l'aveugle^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pèlerin sans Monde

avatar




Geek : 99
Pouvoir : Téléportation
Transformation : Faucon


Rainbow's Data
Identité:



MessageSujet: Re: Davon Frodon.   Mer 21 Juil 2010 - 1:49

Re bienvenue^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pèlerin sans Monde

avatar




Geek : 75
Pouvoir : Matérialisation de feu autour de mon corps. Prolifération de ce feu autour des objet que je touche.
Transformation : Ocelot


Rainbow's Data
Identité:



MessageSujet: Re: Davon Frodon.   Mer 21 Juil 2010 - 10:43

Daneeeeettte *o* !
Re-Bienvenue mon ancien élève =D !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pèlerin sans Monde

avatar




Geek : 91
Pouvoir : Ondes életriques entrainant paralysie temporaire.
Transformation : Chat sacrée de Birmanie


Rainbow's Data
Identité:



MessageSujet: Re: Davon Frodon.   Mer 21 Juil 2010 - 13:07

Merci beaucoup pour vos messages de (re)bienvenue ! =D

Sinon... Dès que je mets les points en couleur toute la présentation change... (grmbl... d'ailleurs les petits points sont coloriés mais la prés' est devenue... enfin... voilà x"d)

Bref, sinon je crois que j'ai terminé ^^
Ah non, faut que je me trouve une autre photo *depression*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pèlerin sans Monde

avatar




Geek : 149
Pouvoir : Griffes et crocs de loup.
Transformation : Louve.


Rainbow's Data
Identité:



MessageSujet: Re: Davon Frodon.   Mer 21 Juil 2010 - 13:51

    DAVOUNET STUPIDE ! T'as encore bizuté mon HTML T.T
    Ouih moi aussi je voulais ajouter un quelque chose, tu dis qu'il trouve la clé dans le temple de la foudre, mais le truc c'est que l'équipe étant au complet, Davon ne peut récupérer la clé qu'en se faisant remarquer par l'actuel gardien de la Foudre, qui meurt après pour que Davon soit gardien, soit en se faisant remarquer par Whirl, le chef des gardiens, tout comme Aileen s'est faire remarquer par le maître poisson Laughing

_________________

« Du pur Lys. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pèlerin sans Monde

avatar




Geek : 278
Pouvoir : Modification de l'atmosphère ambiante & création de vide .
Transformation : Albatros .


Rainbow's Data
Identité:



MessageSujet: Re: Davon Frodon.   Mer 21 Juil 2010 - 14:24

    Oh ça Champi, pas forcément =)
    On peut toujours dire que l'ancien Gardien de la Foudre est mort quelques années auparavant et, n'arrivant pas à lui trouver de successeur, l'équipe a donc déposé la Clef dans le temple, un lieu où affluent énormément de peupliens de la Foudre, dans l'espoir qu'elle désigne son nouveau détenteur .

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chibifroggy.deviantart.com
Pèlerin sans Monde

avatar




Geek : 149
Pouvoir : Griffes et crocs de loup.
Transformation : Louve.


Rainbow's Data
Identité:



MessageSujet: Re: Davon Frodon.   Mer 21 Juil 2010 - 15:13

    CRAZY FROG SI TU CASSES MON AUTORITE NATURELLE JE TE DEVORE.
    Naméhow.

    Enfin bref. Davounet, t'as pété mon HTML d'amour T.T Je sais pas si je te pardonnerai cette trahison é_è

_________________

« Du pur Lys. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pèlerin sans Monde

avatar




Geek : 278
Pouvoir : Modification de l'atmosphère ambiante & création de vide .
Transformation : Albatros .


Rainbow's Data
Identité:



MessageSujet: Re: Davon Frodon.   Mer 21 Juil 2010 - 15:23

    Pardonj'leferaisplus What a Face

    Grand-mère avait fait plus ou moins la même chose ...
    Le plus rapide, ce sera sans doute que tu reprennes le modèle d'origine, et que tu copie/colles tes ajouts dedans ^^'

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chibifroggy.deviantart.com
Pèlerin sans Monde

avatar




Geek : 236
Pouvoir : Invocation d'un cheval noir.
Transformation : Panthère Noire


Rainbow's Data
Identité:



MessageSujet: Re: Davon Frodon.   Mer 21 Juil 2010 - 17:03

Vive le HTML qui se fait bizuter par tout le monde...^^
Champi, désolée pour ton autorité naturelle, mais...je crois que je suis d'accord avec Crazy Frog, ça peut coller comme ça.
*fuit très très vite*

A part ça, b'jour Minet sac à puce^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wildhorses.fr-bb.com
Pèlerin sans Monde

avatar




Geek : 91
Pouvoir : Ondes életriques entrainant paralysie temporaire.
Transformation : Chat sacrée de Birmanie


Rainbow's Data
Identité:



MessageSujet: Re: Davon Frodon.   Jeu 22 Juil 2010 - 1:13

Désolée d'avoir fait foirer le HTLM T__T" Mais je sais vraiment pas comment faire, je change juste la couleur et "Boum pam bziitt" tout est detruit ><"

Sinon... j'espère que l'idée de Kevin est adoptée... (je veuuxaps recommencerrr... déjà que j'ai bacler pour vite le finir (je veux rpppp ! Comprenez moi x"O) *fuit*) Bref, merci pour tout !

En tout cas, j'éspère que c'est bon maintenant *w* (sauf pour le HTLM... pardonne moi champi !! TvT)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pèlerin sans Monde

avatar




Geek : 278
Pouvoir : Modification de l'atmosphère ambiante & création de vide .
Transformation : Albatros .


Rainbow's Data
Identité:



MessageSujet: Re: Davon Frodon.   Jeu 22 Juil 2010 - 1:26

    Bon, je suis crevée, mais normalement c'est bon x'D

    Bien sûr que l'idée de Bestiole est adoptée voyons . Bestiole est trop classe pour que l'on n'adopte pas ses idées Cool
    Tu peux jouer donc, amuses-toi bien et n'oublies pas de passer par le recensement .

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chibifroggy.deviantart.com
Contenu sponsorisé










MessageSujet: Re: Davon Frodon.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Davon Frodon.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RainBow Quest  :: « EPILOGUE. » :: » Mélancolie, ô mélancolie !-