Sept éléments, sept clés, une seule histoire : la vôtre ...
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Seedle Fieldman [Sed]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pèlerin sans Monde

avatar




Geek : 236
Pouvoir : Invocation d'un cheval noir.
Transformation : Panthère Noire


Rainbow's Data
Identité:



MessageSujet: Seedle Fieldman [Sed]   Dim 18 Juil 2010 - 1:46


Dossier élémentaire de
Sed Fieldman


Personnage inventé


    Moi rapidement.
    .



    (c) Black Butler, Yana Toboso
    Kana.
      Surnoms ; Sed (son vrai nom est Seedle Fieldman mais il est connu et se fait connaître comme Sed Meyan (nom de sa mère))
      Age ; 20 ans
      Métier ; Serviteur au Château Noir
      Elément ; Ténèbres
      Monde ; Nation des Ténèbres
      Pouvoir ; Il invoque une sorte d'esprit, de totem pourrait-on dire: un grand cheval, de couleur noire, qu'on dirait fait d'une sorte de...fumée? L'esprit n'est certes pas tout-puissant, mais peut souvent le tirer d'affaire. Un bémol: il possède une durée d'existence limitée: au delà d'une vingtaine de minutes grand maximum -ce laps de temps nécessite déjà une grande concentration de sa part-, Sed a intérêt à être tiré d'affaire...
      Animal ; Panthère Noire
      Animaux de compagnie ; Un gros chat, type Maine Coon, couleur Silver Mackerel Tabby, nommé Talisman.
      Qualités ;Ne rechigne pas à la tâche, autonome, capable d'initiatives et logique.
      Défauts ;Solitaire, cassant et sarcastique souvent, parfois dominé par ses sentiments, un brin manipulateur aussi.


    Personne n'est parfait.
    .


    Indépendant ? ••••• 5/5
    Sérieux ? ••••• 3/5
    Franc ? ••••4/5
    Généreux ? ••••• 3/5
    Ambitieux ? •••• 1/5
    Confiant ? ••••• 2/5
    Sûr de vous ? ••••4/5
    Egocentrique ? ••••• 3/5
    Amusant ? ••••• 2/5


    Mon avis à moi.
    .


    En réalité, je ne m'étais jamais réellement, jusqu'ici, intéressé à la politique de mon Monde. J'avais bien assez à faire pour vivre et survivre, et les Gardiens se révélaient être le cadet de mes soucis. Oh, bien sur, je les connaissais de nom, et par le biais des conversations saisies aux coins des rues, je comprenais que notre Gardienne était traitée par les autres comme une pouilleuse. Naturellement, c'était là quelque chose qui m'agaçait.
    Je ne suis pas particulièrement patriote, ni quoi que ce soit du style, mais...je n'aime pas qu'on considère ma Gardienne comme un chien galeux, mon Monde comme un sous-monde putride et attardé, ses habitants ainsi que des bêtes errantes et pouilleuses, et moi, par extension, de même. Alors, oui, fatalement, j'étais un peu agacé par la façon qu'avaient les autres Mondes de nous voir. J'ai ma fierté, comprenez.
    C'est pourquoi, lorsque la Gardienne a tué les autres, qu'elle est montée l'annoncer, sur la colline, encore ensanglantée des traces de son acte, j'ai ressenti une sorte de satisfaction. Oui, cette fois-ci nous étions sur le devant de la scène, et on ne nous parlerait plus jamais comme à des attardés, avec commisération ou mépris. Comme tous les habitants ce jour-là, je crois, j'ai eu au coeur l'étrange satisfaction d'une vengeance accomplie, d'une offense réparée.
    Mais ce que j'ai ressenti, ce jour-là, était davantage lié à la Louve qu'à son acte. Enfin, si, d'une certaine façon. J'ai admiré sa résolution, son courage, et surtout, son absence de regrets. Car enfin, certains auraient pu être stoppés par des scrupules, une morale. Elle non. Elle a fait ce qu'il fallait et ensuite, elle en a assumé la parenté. Et lorsque je l'ai vue, sanglante, victorieuse, criant à son peuple son acte, je l'ai estimée, admirée plus que jamais je n'avais admiré n'importe quelle personne importante de mon Monde.


    Petit questionnaire.
    .



    En pleine nuit, vous marchez dans la capitale de votre monde, quand d'un coup, vous entendez un bruit suspect, comme une lame qu'on sortirait d'un fourreau ...
    Je reste sur mes gardes et je m'éloigne si possible. La curiosité est un très vilain défaut, surtout en pleine nuit dans la capitale. Si la confrontation est inévitable, je ne m'embarrasse pas de politesse, je me bats et lorsqu'il est hors de combat je m'en vais. Mais dans la mesure du possible je m'éloigne.

    Vous vous rendez au marché de votre capitale, quand quelqu'un vous demande un renseignement parce qu'il s'est perdu ...
    Je lui explique où il est et comment rejoindre l'endroit qu'il souhaite, sans m'étendre sur les détails, rapidement. Surtout, je l'envoie balader s'il essaye de me faire la conversation ensuite, et je ne l'accompagne pas. S'il n'a pas compris il n'a qu'à demander à quelqu'un d'autre. En gros, il a droit à deux minutes maximum.

    Vous êtes à un étal d'armes et vous vous rendez compte qu'un gamin est en train de chaparder votre bourse pleine de pièces d'or ...
    J'attrape la main du gamin, je récupère ma bourse et je le laisse généralement s'enfuir. Empathie mal placée. Bah oui, j'ai, à une époque, fait moi aussi les poches des promeneurs imprudents. Du coup et comme je sais comment ça marche, je me méfie, d'ailleurs.

    Alors que vous rentrez chez vous, vous entendez un hurlement, et quand vous arrivez, vous voyez un corps au sol et un homme qui part en courant, tournant au coin d'une rue ...
    Je regarde si le type est en vie. Si oui, je m'occupe un peu de lui et je le traîne jusqu'à la plus proche taverne, charge à eux de se débrouiller avec la victime. Si il est mort je le laisse là. Je ne cours pas après l'attaquant: je ne suis pas un preux justicier prêt à défendre la veuve et l'orphelin, j'ai assez à faire avec moi-même. Quant à Dancing Flame, je n'aime pas l'utiliser pour les autres.


    3615 my life.
    .


    Mon histoire? Elle n'a rien d'intéressant, mon histoire, de plus, je n'aime ni l'évoquer, ni m'en rappeler, ni la partager. Si elle pouvait s'effacer, disparaître, se faire oublier...mais non, le passé est fait de telle sorte qu'il nous rattrape lorsqu'on croit l'avoir semé. Enfin...

    Il y a une vingtaine d'années, un homme, assez bien fait de sa personne au demeurant, passa la nuit sous une table d'une taverne. Il était complètement ivre et rentra chez lui au matin, la démarche encore mal assurée. La jeune femme qui officiait ce soir-là comme serveuse le regarda partir d'un air songeur, car il était bel homme et qu'elle était encore inexpérimentée dans l'art de juger les hommes. Aussi, lorsque cette même personne revint au soir, et se mit, après quelques verres, à raconter d'un air éploré que sa femme était partie, fut-elle la seule qui lui accorda de l'attention. Nouvelle dans la région, elle ne savait pas à quel point cet homme était connu pour ses beuveries et sa dureté envers sa compagne et leur petit garçon de neuf ans. L'impétuosité de la jeunesse, couplée à l'attirance physique qu'elle éprouvait pour cet homme, lui firent aussitôt ressentir pour lui de la sympathie au récit de ce malheur qui était, de l'avis général, mérité.
    Un soir ou deux, elle raccompagna l'être titubant jusque chez lui, lui offrant son bras avec sollicitude, sans tenir compte des rires et des quolibets qui retentissaient sur son passage. Les soirées occasionnelles devinrent quotidiennes, jusqu'au jour où elle devint sa maîtresse. Neuf mois plus tard naquit un bébé, cheveux noirs, yeux noisette dorés, le portrait craché de son père déjà. Moi. La jeune mère nomma son fils Seedle.

    J'ai grandi comme tous les gosses au début. Petit garçon choyé par sa mère, méfiant face à son père, et admiratif à la fois, comme tous les enfants. Maman me faisait à manger, me coiffait, m'habillait...en un mot, elle prenait soin de moi. A cette époque, durant mes trois premières années, elle était douce et prévenante, rieuse, heureuse car amoureuse et trop jeune pour être déjà désabusée. Et moi, j'étais trop petit encore, et pas assez lucide pour voir mon père par mes propres yeux et pas par ceux enamourés de Maman.
    J'ai très vite appris ce qu'était un homme ivre. Tout petit déjà, âgé de trois ans, je me blottissais sous mes couvertures en entendant, dans la pièce voisine, vociférer un homme et pleurer ou crier, selon les jours, une femme. Je me blottissais et j'avais peur, parce que je savais que, s'il était vraiment soûl, il allait peut-être venir, et me tirer du lit pour une raison quelconque. Et alors, tandis que, petit, debout, je grelottais de peur autant que de froid et de fatigue, les claques volaient bas. Tout petit, j'ai su ce qu'était un coup, et j'ai connu la solitude des nuits où l'on se retourne, pleurant ou gémissant sur la souffrance qui pulse dans son corps.
    Et puis...et puis Maman a cessé de rire, Maman a cessé de pleurer. Mon père a continué à crier. Et moi, j'ai arrêté de crier et de pleurer. J'ai même cessé de gémir. Désormais, à chaque coup plus forte, supplantant la peur et la douleur, grandissait le ressentiment. Mais je n'étais qu'un enfant et parfois, malgré toute ma volonté, un coup m'arrachait un cri. Mais plus jamais je ne me suis autorisé à sangloter, seul dans mon lit.
    Oh, j'ai serré les dents bien des jours encore, et maman est restée immobile, comme une morte, regard vide, bien des soirées, et mon père a vociféré souvent...puis un jour, alors que j'avais à peine six ans, je l'ai entendu hurler dans la pièce d'à côté, et dans ses cris j'ai perçu les mots "salope", "fuyarde", "petit crétin", "tuer"...il a poussé la porte de ma chambre, mon réduit, et s'est dressé devant moi, puant l'alcool à plein nez, mais assuré sur ses jambes par la colère...je crois bien que je n'oublierai jamais la rage qui luisait dans ses yeux. L'envie de meurtre. Et moi qui m'étais juré de ne plus pleurer, ce soir-là, je me suis roulé en boule en laissant échapper un glapissement sous son regard meurtrier. J'ai cru, j'ai vraiment cru que c'était moi qu'il allait tuer, mais non, il s'est penché vers moi, m'a rudement attrapé par l'épaule, m'a beuglé au visage quelque chose que, terrifié, je n'ai pas compris, mais qui visiblement n'était pas à mon désavantage puisque, ce soir-là, il ne m'a pas frappé. Il a poussé la porte en hurlant qu'il allait "tuer cette femme" et il est parti dans le crépuscule.
    Il n'est jamais revenu.
    Maman m'a amené à la capitale. Elle autrefois si jolie, ressemblait désormais à un fantôme, avec dix ans de plus que son âge réel. Elle marchait le dos voûté et le regard vide. Je crois qu'elle l'avait aimé, cet ivrogne, malgré les coups dont il l'avait gratifiée. J'en ai eu la confirmation le soir où, me prenant sur ses genoux elle a murmuré:

    "Celui qui a tué ton papa était un salaud, mon petit. Jure-moi que tu ne seras jamais ami avec lui."

    Moi, je ne connaissais pas ce type, je ne savais rien de sa vie d'avant mais, docile petit garçon, qui aimait encore sa mère, j'ai juré. Et nous avons repris la route, pas à pas, vers la capitale des Ténèbres. Yomi. Le nom en lui même avait une consonance...magique. Elle était sombre, cette ville, avec des habitations bien moins luxueuse que ce que l'enfant que j'étais avait imaginé. On a tant d'idées, à sept ans! Pourtant, en marchant dans les rues sombres de cette ville, je n'ai même pas été déçu. Je n'ai même pas regretté que la cité ne soit pas conforme à mes rêves. je crois que j'étais...détaché. Complètement ailleurs. C'était un de ces moments où un rêve d'enfant s'envole.
    J'ai continué à grandir dans la ville, tant bien que mal. Maman s'est mise à boire, en mémoire de son compagnon? Peut-être. Et moi, j'ai vite su me débrouiller: je ne voulais pas vivre aux crochets d'une ivrogne. J'ai volé, magouillé. Pour survivre. Ce n'était pas une vie, c'était moins qu'une existence animale.
    A quinze ans j'ai choisi de m'appeler Sed. Seedle n'était plus...Seedle était mort. L'enfant idéaliste et innocent était devenu un adolescent taciturne, solitaire, méfiant aussi. Un adolescent qui se tenait à l'écart et ne se livrait pas, un adolescent à la fois rusé et émotif. Trop émotif, mais qui cachait ses sentiments. Surtout ne jamais montrer de preuve de faiblesse. Jamais.
    Lorsque maman est morte, un voleur armé d'un poignard dans un coin de ruelle, je n'ai même pas pleuré. J'avais trop à faire avec moi-même. J'ai laissé son cadavre en plan et j'ai couru voler à manger. Avec mon butin, je me suis assis en haut d'un muret. Et là...je me suis souvenu. Je n'ai jamais pu avaler le bout de pain. J'ai pleuré, sur elle, sur moi, sur tout. Des heures de sanglots, même lorsque les larmes se sont taries. Et puis je me suis redressé en m'interdisant de m'apitoyer de la sorte sur moi-même. Et j'ai décidé d'aller de l'avant. Toujours. J'ai continué à survivre.

    Un soir, deux types m'ont attaqué, sur une place un peu sombre. Ils avaient tiré leurs couteaux, je savais ce qu'ils voulaient: me faire souffrir, c'est tout. S'amuser un peu. J'ai serré les dents, les poings. Pour me battre et résister. Ils se sont approchés, mais je ne tremblais pas. Une drôle de rage grandissait en moi, et je ne faisais rien pour la contrôler. Au contraire je l'ai laissée enflammer mon regard et mon coeur, jusqu'au moment où la tension de mon corps est devenue si forte que, comme un enfant qui se protège, j'ai tendu les mains devant moi avec un cri, sauvage, dont je me souviens comme s'il avait été poussé par un autre. Et Il est apparu pour la première fois.
    Un énorme animal, étrangement vaporeux, comme fait de fumée noire, mais pourtant terriblement net et réel. Il s'est tourné vers moi, ses yeux flamboyaient, comme faits de...flammes noires? C'était un cheval, un cheval de grande taille, massif, puissant comme ces destriers de combat que je voyais caracoler dans les rues, menés par d'altiers chevaliers.
    Le cheval m'a regardé, sans faire un bruit -ce silence était terrifiant- et j'ai compris alors qu'il était ma créature, un esprit que j'avais fait apparaître Héla sait comment, et qui m'obéirait. Les deux voleurs avaient reculé.
    Soudain je me suis déconcentré et l'étalon a frémi, comme balayé par une rafale de vent. Il est cependant resté debout et présent. Je lui ai hurlé:

    "Fais-les partir!!"

    Il s'est rué sur les hommes. Cabrades, coups de sabots, ruades...il était fort, et les lames le traversaient. En revanche, un des bâtons de bois que portait un homme a pu l'atteindre. J'en ai vaguement déduit qu'il ne craignait pas l'acier et les métaux, mais le reste si. Cependant l'homme a eu droit à un sabot aussi. Il s'est effondré, assommé. J'ai fui, le cheval à mes côtés, jusqu'à une ruelle tranquille. Il ne s'était pas écoulé plus de cinq minutes. Je me suis effondré sur le sol et j'ai repris mon souffle. Lorsque j'ai relevé les yeux, le cheval s'était évaporé sans un bruit.
    Depuis je l'ai réinvoqué. Il est comme un Esprit en fait, immatériel face au métal, mais pas invulnérable aux autres armes. Il frappe fort, et il est rapide. Je peux le chevaucher comme un cheval "normal". Cependant sa durée de vie est courte, en moyenne, une dizaine de minutes. Une vingtaine si je suis concentré, très concentré, et dans un combat c'est dur.
    Quelquefois je l'appelle juste parce que j'ai besoin de compagnie. Il a un nom, que je lui ai donné: Dancing Flame, à cause de ses yeux. Vous trouvez ça bête?

    Dans des circonstances semblables aussi, je me suis rendu compte que je pouvais me métamorphoser en un bien étrange félin, une panthère d'un noir d'encre, félin au pelage épais, moiré, et aux yeux aussi noisette que les miens. Ce jour-là, j'ai tailladé les gars de mes griffes. Je me suis senti mal après...malade, littéralement, du carnage que j'avais fait, aveuglé par ma puissance de fauve. Et puis je me suis calmé...et j'ai appris à jouer de mes atouts. A user de Dancing Flame et de ma métamorphose.

    J'ai aimé une fille, Asaka. Pas une voleuse, non: une jolie fille d'artisan. Je l'ai aimé trois ans durant, mais son père nous a violemment séparés. Elle était si belle, avec ses yeux verts, ses cheveux blonds, sa peau douce, son odeur fruitée...je ne l'ai jamais oublié et aujourd'hui encore, je ne vois pas sans émotion le léger relief que m'a donné le coup de poing de son père, qui m'a cassé la clavicule. Par temps humide parfois, j'ai un peu mal. Ça me fait penser à elle, Asaka, et la douleur physique sert d'anesthésique pour toucher à la plaie du coeur...elle me disait que j'étais beau. Elle caressait mes cheveux noirs, qui tombaient en bataille sur le côté de mon visage, admirait mes yeux noisette piquetés d'or, ma peau claire, ma haute taille, mon corps fin aussi, je n'ai jamais été un grand baraqué, je suis mince...mais néanmoins musclé. On me dit que j'ai du charme. Moi je n'aime pas mon physique: je ressemble à mon père, et j'ai l'impression de croiser son regard lorsque je vois un miroir. A chaque fois, l'enfant en moi sursaute. Asaka...nous avons découvert et appris pas mal de choses ensembles. Pas désagréables, ma foi.
    Depuis je n'ai pas eu d'autre compagne. Je pourrais, bien sûr, vivre quelques aventures d'un soir, mais...j'aurais l'impression de tromper ces femmes. Je ne veux pas ressembler, de quelque manière que ce soit, à mon salaud de père. Et je sais qu'il trompait ma mère. Elle s'était confié à moi et m'avait aussi raconté que j'avais un demi frère dont elle ne savait rien. Je ne crois pas que je veuille le rencontrer. Je veux tirer un trait sur mon passé.

    Un jour, la Louve a annoncé qu'elle avait tué les autres Gardiens. Je l'ai admiré, sans prendre parti dans les débats. Ce jour-là je me suis laissé porter par l'enthousiasme général, et puis, j'ai pris une décision: servir cette femme hors du commun. J'ai marché jusqu'à son château, me suis présenté à sa porte. Ce n'est pas elle qui m'a ouvert mais un homme, qui me ressemblait un peu d'ailleurs. Il ne m'a pas dit son nom, mais par la suite j'ai appris qu'il se nommait Howl. On ne m'a pas dit son nom de famille, mais un étrange pressentiment me pousse à vouloir le connaître, Héla seule sait pourquoi. J'ai répondu à ses questions, j'ai dû bien me vendre car j'ai été accepté comme serviteur au château. J'avais dix-huit ans, et je me suis fait engager sous le nom de ma mère: Sed Meyan.
    Depuis, je travaille au château, sans cesse.
    Je me suis aussi trouvé une amie. Non, pas une femme. Une chatte. Une jolie femelle de grande taille, au long poil doux, aux yeux ambrés. Elle est grise rayée de noir, avec un plastron, des pattes, un museau blanc. Je l'ai trouvé toute petite, et je l'ai élevée, me ruinant en nourriture pour elle, partageant viande et lait avec la petite chatte, si bien qu'elle est devenue splendide. Je lui ai donné un nom, Talisman, et elle est souvent juchée sur mes épaules. Elle est devenue lourde, que du muscle bien sûr, mais j'aime bien sentir sa longue queue autour de mon cou, ses pattes puissantes sur mes épaules, son petit nez qui vient frôler, parfois, ma joue, le ronronnement qui fait vibrer ses côtes.
    C'est ma confidente et mon amie, la prunelle de mes yeux.

    J'ai vingt ans maintenant, et je suis un serviteur d'un rang supérieur au miséreux qui, à dix-huit ans, s'est fait engager. Cependant j'ai suffisamment peu de responsabilités pour avoir encore la possibilité de vagabonder un peu, de flâner dans les rues...je n'aime pas la foule, je ne suis pas sociable, mais, voyez-vous, j'aime la liberté d'une promenade sans but, un soir, à Yomi, ou dans les environs du Château Noir.


    Steak derrière l'écran.
    .



    (c) Black Butler, Yana Toboso
    Kana.
      Pseudo ; Chamallow
      Prénom ; Laetitia
      Age ; 16 et 1/2
      Découverte du forum ; Grâce à Champi qui cafouillait sur une page d'accueil et m'a passé le lien au passage, l'air de rien =)
      Premières impressions ;Très beau, bien organisé. Tout est fléché sur la page d'accueil. Hrrm, bref. Le HTML un peu déroutant pour les non-initiés, peut-être? Heureusement, je sais lire entre les lignes!^^ Le concept peu paraître un peu complexe de prime abord mais en fait, c'est bien expliqué.
      Code ; Chérie-belle <3
      Autres ;Mon nom complet c'est Chamallow Gluant Collant Bonbon Superglu.


Dernière édition par Sed Fieldman le Dim 18 Juil 2010 - 21:15, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wildhorses.fr-bb.com
Pèlerin sans Monde

avatar




Geek : 149
Pouvoir : Griffes et crocs de loup.
Transformation : Louve.


Rainbow's Data
Identité:



MessageSujet: Re: Seedle Fieldman [Sed]   Dim 18 Juil 2010 - 2:29

    Hii chou I love you
    Je te laisse mettre tes images et ton avatar, je te valide ton code et ...

    Euh, tu auras ton niveau quand je saurais comment faire XD. Si un des anciens sait comment ça marche, ce tir au dés, et surtout comment on calcule l'xp, c'est pas de refus XD

    Edit' : Petit problème dans l'histoire, ma Chamallow poupounette I love you Tu dis que c'est une servante qui s'occupe de ton admission, mais c'est Howl qui fait ça, parce que la louve n'a confiance qu'en lui What a Face Faudra éditer, chipounette.

_________________

« Du pur Lys. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pèlerin sans Monde

avatar




Geek : 278
Pouvoir : Modification de l'atmosphère ambiante & création de vide .
Transformation : Albatros .


Rainbow's Data
Identité:



MessageSujet: Re: Seedle Fieldman [Sed]   Dim 18 Juil 2010 - 13:16

    Yep .
    Vu que je suis une bestiole tooooute puissante qui maitrise la force des dés, je fais le lancer Cool

    édit ; lvl 5, joli .

_________________


Dernière édition par Iori vi Januar le Dim 18 Juil 2010 - 13:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chibifroggy.deviantart.com
PNJ ~ Maître Conteur

avatar




Geek : 33


Rainbow's Data
Identité:



MessageSujet: Re: Seedle Fieldman [Sed]   Dim 18 Juil 2010 - 13:16

Le membre 'Iori vi Januar' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :

_________________
      Je vois tout.
      Je sais tout.
      Je suis partout.

      Prenez garde au PNJ ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rainbowquest.forumpro.fr
Pèlerin sans Monde

avatar




Geek : 236
Pouvoir : Invocation d'un cheval noir.
Transformation : Panthère Noire


Rainbow's Data
Identité:



MessageSujet: Re: Seedle Fieldman [Sed]   Dim 18 Juil 2010 - 13:48

Champi: ok je vais changer l'histoire. Les images arrivent ce soir ou cet aprèm^^
Niveau 5? J'ai du bol moi =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wildhorses.fr-bb.com
Pèlerin sans Monde

avatar




Geek : 182
Pouvoir : Invocation de chauve-souris vampires.
Transformation : Chauve-Souris.


Rainbow's Data
Identité:



MessageSujet: Re: Seedle Fieldman [Sed]   Dim 18 Juil 2010 - 13:50

Bienvenue, petit frère. What a Face
Bravo pour ton score ! Faudra qu'on se fasse un RP, un de ces jours. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pèlerin sans Monde

avatar




Geek : 236
Pouvoir : Invocation d'un cheval noir.
Transformation : Panthère Noire


Rainbow's Data
Identité:



MessageSujet: Re: Seedle Fieldman [Sed]   Dim 18 Juil 2010 - 13:53

Merci grand demi-frère!
Il faudra, ouais. Parce que pour l'instant, ils ne savent pas trop qu'ils ont des gènes en commun nos cocos.
Mais pas d'esclandre, parce si la Louve prend parti dans l'histoire, c'est moi qui vais souffrir xD

Edit: Signature et avatar faits...c'est bon en taille, ça ne déforme pas?
Ça marche sur mon écran, mais bon, j'en ai un grand, alors, vaut mieux demander =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wildhorses.fr-bb.com
Pèlerin sans Monde

avatar




Geek : 149
Pouvoir : Griffes et crocs de loup.
Transformation : Louve.


Rainbow's Data
Identité:



MessageSujet: Re: Seedle Fieldman [Sed]   Dim 18 Juil 2010 - 21:10

    Ca déforme pas. Quand tu veux les images, petit valet I love you

_________________

« Du pur Lys. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pèlerin sans Monde

avatar




Geek : 236
Pouvoir : Invocation d'un cheval noir.
Transformation : Panthère Noire


Rainbow's Data
Identité:



MessageSujet: Re: Seedle Fieldman [Sed]   Dim 18 Juil 2010 - 21:16

Voilààà c'est fait ô Louve Champignon Vénéneuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wildhorses.fr-bb.com
Pèlerin sans Monde

avatar




Geek : 278
Pouvoir : Modification de l'atmosphère ambiante & création de vide .
Transformation : Albatros .


Rainbow's Data
Identité:



MessageSujet: Re: Seedle Fieldman [Sed]   Dim 18 Juil 2010 - 21:25

    Ça me semble bien tout ça, Machin Gluant .
    Tu peux jouer donc =D

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chibifroggy.deviantart.com
Pèlerin sans Monde

avatar




Geek : 149
Pouvoir : Griffes et crocs de loup.
Transformation : Louve.


Rainbow's Data
Identité:



MessageSujet: Re: Seedle Fieldman [Sed]   Dim 18 Juil 2010 - 21:25

    Bon bah j'te validationne, petit valet gluant Razz
    Edito' : HIIIIN FROGGY CASSE TOI XD

_________________

« Du pur Lys. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé










MessageSujet: Re: Seedle Fieldman [Sed]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Seedle Fieldman [Sed]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RainBow Quest  :: « EPILOGUE. » :: » Mélancolie, ô mélancolie !-